Chronologie historique de l'ostéopathie animale

  • Au début des années 1980, Dominique GINlAUX, vétérinaire, suite à des visites régulières chez un ostéopathe humain pour se soigner, décide de suivre des cours d'ostéopathie humaine pour les mettre en application ensuite sur les chevaux.
  • Réussite brillante de ce dernier auprès des propriétaires de chevaux qui le plébiscitent.
  • Tollé général chez les vétérinaires allopathes et le conseil de l'ordre qui veulent le radier pour charlatanisme.
  • Quelques autres vétérinaires décident à leur tour de suivre cette voie mais ils se comptent sur les doigts d'une main.
  • A ce jour 15 vétérinaires sont titulaires du D.O d'ostéopathie humaine.

 

  • Des ostéopathes humains pratiquants de l'équitation, se lancent aussi dans cette orientation équine à peu près à la même période.

 

  • Début 1990, un groupe de plusieurs ostéopathes humains et d'étiopathes (Guy Theunynck, Patrick Evrard, Eric Droit entre autres ), Français et étrangers, se regroupent pour mettre au point des protocoles techniques ostéopathiques sur les chevaux.

 

  • Francis Lizon, vétérinaire , crée l'lMEV (institut des médecines énergétiques vétérinaires ) en ouvrant courant 1995 les études aux non vétérinaires suite à la désertion de ces derniers.

 

  • Fin des années 1990, une« école» d'ostéopathie animale et de dentisterie s'ouvre à Brighton en Grande Bretagne. Elle est crée et dirigée par Jean Yves Girard. A grand renfort de publicités mensongères, notamment sur l'officialisation du titre d'ostéopathe équin, cette école connait un certain succès et ouvre même une succursale en Suisse. Depuis seul subsiste la structure Anglaise ESAO , Girard ayant été condamné par la justice Suisse suite aux plaintes de parents    d'élèves sur de nombreux motifs.

 

  • Pendant les deux dernières décénnies, création de plusieurs structures par des vétérinaires ou des ostéopathes D.O spécialisés en ostéopathie animale ( IMAOV, AVETAO, IFOREC, AEOEC, NIAO ) destinées à l'enseignement de l'ostéopathie animale.

 

  • 2002, reconnaissance officielle de l'ostéopathie humaine en France, après cinquante années de combat, par une loi dont les décrets d'application ne paraissent qu'en ...2007 !

 

  • En 2005, sous la pression de vétérinaires pratiquant l'ostéopathie, le conseil de l'ordre décide de créer une commission afin d' élaborer un programme commun entre les écoles de vétérinaires enseignant l'ostéopathie et pour attaquer les« non vétérinaires» pratiquant l'ostéopathie animale mais également la dentisterie équine.

 

  •  Cette situation a une logique et découle directement des agissements des " ostéopathes et dentistes autoproclamés de différentes écoles "associée au fait que l'ostéopathie et la dentisterie équine représente un « marché» important.

 

  •  Il est à souligner que pour l'instant aucun Ostéopathe pratiquant sur les animaux ( chevaux et chiens essentiellement), et autorisé à user du titre ( en ostéopathie humaine) n'a été attaqué ou condamné par la justice pour exercice illégal de la médecine vétérinaire.

 

  • Le 20 Janvier 2011,l'ordonnance précisant les dispositions relatives à l'exercice illégal de la médecine vétérinaire déclenche la création d'une association l'OAE dont le président actuel est l'ancien président de l'association d'élèves de l'ESAO , qui par le biais d'un recours au Conseil d'Etat obtient une modification de cette ordonnance par l'introduction d'une dérogation à l'article 243-1 de l'ordonnance permettant aux ostéopathes non vétérinaires de pratiquer leur métier sous conditions à définir par décret. Cette dérogation entre dans le cadre de l'article 243-3 à l'alinéa 12 .

 

  • Le 28 Octobre 2011 ,le ministre de l'agriculture par courrier demande aux écoles vétérinaires de se mobiliser afin que soit élaboré le référentiel de compétences de l'activité ostéopathie animale à travers un groupe de travail qui doit réunir les différents acteurs concernés.

 

 

Réunis pour réfléchir aux modalités de mise en œuvre de la lettre du Ministre de l'Agriculture en date du 28 Octobre 2011, le groupe établit une motion de déclaration d'intention  qui précise les points suivants :

 

  •  Une proposition de création d'un Conseil d’Orientation Stratégique de l’Ostéopathie Animale (COSOA), regroupant des représentants institutionnels, des ostéopathes animaliers, des ostéopathes humains non vétérinaires exerçant l’ostéopathie animale et des vétérinaires ostéopathes, sera faite au Ministre. Son champ de compétences doit être défini par le Ministère chargé de l'Agriculture et doit s’étendre de l'organisation de la profession d'ostéopathe animalier, des formations qui y préparent à la délivrance des diplômes qui permettent de l'exercer.

 

  •  La formation qui conduit au diplôme d’ostéopathe animalier s’effectue en cinq ans après le baccalauréat, soit 300 crédits ECTS. Ces crédits comportent à la fois des enseignements théoriques, pratiques, dirigés et cliniques, ainsi que des stages en situation.

 

  •  Des passerelles réciproques sont organisées entre les différentes formations en ostéopathie quelle qu'en soit l'origine, animale, humaine et vétérinaire.

 

  le 6 Mai 2012,alternance du pouvoir éxécutif et décision de créer le

Syndicat National des Professionnels de l'Ostéopathie Animale dont les statuts sont enregistrés en Juillet 2012 et qui entends remettre en question les propositions faites sous le précédent gouvernement .